Se détendre et se relaxer. Comment...et pourquoi ?

Se détendre et se relaxer. Comment...et pourquoi ?

nov. 23, 2018 Uncategories 0 Comments

Vite toujours plus vite...tous et chacun proies de ce tumulte des temps modernes. Pressés, compressés, oppressés... nous tentons de rattraper ces aiguilles du temps que jamais nous ne rattraperons, être au meilleur dans tous les domaines, à tous les niveaux.

Et pendant ce temps la vie file et nous file entre les mains et nous couvre d’un épais manteau de stress. Alors quand le poids sur nos épaules devient trop lourd, quand nous avons trop plein le dos, dans tout éclate on se demande s’il ne serait pas temps de faire une pause ?

Penser enfin à vous...cela vous tente ?

Parce qu’aujourd’hui nous sommes là pour vous tendre la main et vous donner quelques pistes pour renouer avec votre propre chemin, avec vous-même. Pour que chacun trouve en lui la voie de l’apaisement et de la sérénité. 

Sa propre voie c’est aussi apprendre à se détacher de toutes les sollicitations que les nouvelles technologies vous imposent. Car oui il s’agit d’une sorte de soumission à l’hyper-connexion avec la dérive potentielle d’en devenir l’esclave et ne plus savoir s’octroyer du temps pour soi. Pourtant véritable besoin, essentiel, à votre équilibre psycho-émotionnel.

Détendez-vous avec l’envie et le sourire ...sans culpabiliser. Car sachez qu’après un vrai temps de détente et de plaisir vous serez remplis d’une énergie motrice, capables alors d’affronter ce que vous n’auriez pas pu auparavant, capables aussi d’être d’autant plus efficaces ! 

Même si cela est dur, nous allons ensemble aborder le pourquoi et le comment 

Pourquoi l’on refuse de lâcher prise ? 

Pourquoi est-ce si important pour le corps et l’esprit de se détendre ? 

Quels sont les moyens de se relaxer. 

Pourquoi refuse -t-on de lâcher prise ?

Le fameux « lâcher prise » devenu l’expression phare depuis quelques années. Concept que l’on accommode à toutes les sauces sans trop savoir ce qui se cache derrière. 

Alors c’est quoi au juste ? Si nous devions résonner en termes de dualité nous dirions que ce qui s’y oppose directement c’est le contrôle. Et vous savez aussi bien que nous qu’il est beaucoup plus facile, parce que rassurant, d’évoluer dans cet hyper contrôle permanent qui permet de mettre en veille notre peur de l’inconnu. Peur de l’inconnu apparentée à la peur archaïque de l’insécurité. Vouloir tout contrôler c’et s’enfermer dans l’illusion que potentiellement vous avez le pouvoir direct d’agir et interagir sur les événements que vous traversez. 

Or ceci n’est que chimère car si vous réalisez intérieurement que ceci ne peut être en votre portée véritable vous parviendrez à vous libérer peu à peu des sentiments de culpabilité, d’insatisfaction ou encore plus globalement du stress de cette pression infligée à vous-même, par vous-même ! 

Le lâcher prise n’est donc pas le laisser aller mais plus simplement l’acceptation de ce qui est inéluctable. Certaines données s’imposent à chacun et relativiser celles-ci permettent d’ouvrir d’autres portes, donc toujours envisager d’autres champs des possibles. On appelle cela l’interchangeabilité, comprenez la malléabilité. Ainsi le contrôle excessif devient infondé et entendu comme contre-productif, en conséquence le stress diminue. 

L’omnipotence voudrait vous faire croire en une toute puissance qui n’est pas ! 

Lâcher prise c’est entendre émotionnellement et profondément que vous ne pouvez pas avoir un réel impact sur la majorité des événements survenant. Il convient d’évoluer avec l’extérieur pour et par soi-même sans chercher à modifier ce même extérieur. 

Le besoin de contrôle fait directement écho à un autre besoin primaire décrit dans la Pyramide de Maslow comme le second besoin primordial à chacun, juste après les besoins physiologiques, il s’agit de celui de sentiment de sécurité. Toute personne qui cherche (souvent de façon inconsciente) à contrôler ses proches, ses actes, les événements auxquels elle peut être confrontée, est en réalité dans une lutte inconsciente contre l’inconnu et donc l’insécurité ingérable pour cette personne. Chacun ayant une capacité plus ou moins développée d’adaptation aux changements, à la prise de risque et à l’inconnu. Ceci étant des résultantes de notre éducation. 

Apprendre à distinguer ce que vous pouvez influencer, ce que vous pouvez concrètement contrôler et tout ce pour quoi aucune des deux voies n’est possibles. Si vous arrivez à percevoir les vraies nuances et ainsi accepter que certaines données ne dépendent en rien de vous et qu’il s’agit de modifier son propre comportement, alors votre anxiété (souvent trop dans l’anticipation) viendra à diminuer. 

Le contrôle excessif est contre-productif : il vous cloisonne des autres et même de ceux que vous aimez. Cet excès de rigidité rassure votre inconscient ! Mais apprenez à vous réinvestir et aller à la quête de vous-même. À ceci il convient de passer par l’étape d’acceptation de ses propres limites, l’acceptation toujours de l’autre dans son entièreté tout en sachant à lui faire pleinement confiance. Faire confiance signifie accepter qu’autrui peut faire mieux ou tout aussi bien que soi même tout en étant différent. C’est ainsi descendre de son statut de « meilleur » au service du statut d’égalité dans l’incroyable richesse que sont les différences qui nous lient les uns aux autres, et non ne nous divisent. En un mot apprenez à faire...CONFIANCE ! 

Un dernier paramètre vous permettra de faire diminuer une partie du stress. À savoir être dans l’instant présent. L’important se trouve dans l’ici et maintenant la plupart du temps. On ne peut vivre, au sens ressentir la vie, si l’on reste bloqués dans une nostalgie du passé et / ou une anticipation (anxiogène) du futur ! Si vous restez sur ce qui aurait pu être et ce qui devrait être alors vous finissez par oublier ce qui EST ! Ce temps présent est celui de la vie ! 

Pourquoi est-ce important pour le corps et l’esprit de se détendre ?

C’est important, nécessaire ...voire vital et cela signifie que c’est un véritable besoin. Besoin physiologique de repos, mais aussi besoin lié au plaisir qui est directement issu de ces moments de relaxation et de détente. 

Alors écoutez-vous ... acceptez de dire « pouce » comme disent si bien les enfants rieurs de la cour de récréation.

Mais rassurez-vous nombreux sont ceux qui ne peuvent ou ont bien du mal à ralentir le rythme et s’accorder du temps pour soi ! Mais quelles sont les raisons qui se cachent derrière cette sorte de honte de la pause ?

Notre société nous pousse au « toujours plus vite, toujours meilleur, toujours mieux, ». En somme être au top mais à quel prix !? Au prix de votre notoriété, de votre estime de vous ou plutôt en sacrifice du regard des autres ? 

Parce qu’en effet tout un lot de peurs se cache derrière cette résistance au lâcher prise. Peurs qui bien que diverses ne sont pas antagonistes. Votre inconscient peut être vous chuchote à l’esprit que si vous vous adonniez à toutes détentes vous seriez alors un être oisif et paresseux, encore pire un fainéant ! Penser à soi passerait pour de l’égoïsme et de l’irresponsabilité ! Et bien non messieurs dames il n’en est rien de tout cela et pourtant les résistances persistent. Vous croyez encore que lâcher prise vous éloigneriez de votre quête de la perfection, que les êtres que vous chérissez vous laisseraient sur le bas-côté du chemin... ? Non plus, une fois de plus apprenez à voir que ces pensées ne sont que manipulations inconscientes, résistances ne servant que la mise à distance de votre réel besoin de repos et de retour sur vous-même. Et à tout ceci ni désamour d’autrui ni déchéance sociale et personnelle ne s’en suivra ...bien au contraire ! 

D’où provient cette importance du repos, aussi bien pour l’esprit que le corps ?

Se détendre n’est ni futile ni superficiel. C’est un besoin donc une nécessité ! Plus nos vies sont chargées d’activités, d’effusion sociale, de rencontre, de rendement professionnel, de rythme soutenu ...plus la nécessité de se détendre s’accroît. Toute pause permet de rebondir et d’assurer la suite avec une énergie neuve et pleine. Donc l’on est meilleur et plus performant après tout repos, ce dernier qui se fait n’est donc absolument pas du temps perdu, mais au contraire de l’optimisation vous permettant d’être doublement efficace ensuite ! 

On ne peut pas être optimum toujours, tout le temps, telle une machine. La fatigue s’accumulant se répercute alors sur l’organisme mettant en péril la santé. Nombreuses pathologies sont la résultante du stress et de la fatigue accumulée (en majorité au travail). Le stress est traumatique. Et chacun sait que l’état de « burn-out » est malheureusement devenu monnaie courante. 

À ce stade le corps dit stop ! Les batteries sont à plat et le repos complet devient obligatoire ! 

Corps et esprit ont besoin de cette relaxation. Dans un état de relâche et de bien être le cerveau sécrète différentes hormones dites « du bonheur ». L’impact est unitaire corps et esprit. 

Les idées sont meilleures et le corps plus détendu. Moins de tension musculaires, circulation sanguine fluidifiée, moins de pression artérielle, déchets éliminés plus facilement par les émonctoires ainsi l’esprit est plus léger lui aussi, apaisé. L’esprit est qualifié d’apaisé car débarrassé de son excès de stress chacun a pu expérimenter que nos capacités de discernement, de choix, de mise en perspective sont bien meilleures. Pourquoi ? Tout simplement parce que le stress brouille les circonstances réelles des situations vécues, et de celles à venir. Qui ne connaît pas l’expression « avoir la tête dans le guidon » ...parce que c’est exactement de ça dont il s’agit. 

Et l’une des clefs est la méditation car par définition elle permet une prise de recul. Pouvoir se détacher des événements afin de devenir pleinement acteur des choix qui en découleront, des décisions potentielles à prendre. 

Quels sont les moyens de se relaxer ? 

Quelques pistes technique et mode de vie...

Alors...premièrement doooouuuceeeement! C’est désormais le temps de la pause, le temps de se retrouver. 

Un moyen hyper efficace contre le stress : la respiration :

L’oxygénation de nos cellules à un impact global sur tout un organisme corps et esprit réuni. C’est ici la base, la donnée absolument inéluctable à un épanouissement et une bonne santé. 

Une respiration ventrale est souhaitable, c’est d’ailleurs celle des bébés, qui ces derniers sont épargnés d’un surplus de stress. Plus il y a d’angoisses chez un individu plus sa respiration est haute ! Dans les arts martiaux et la médecine asiatique on place le centre énergétique au niveau du ventre. 

L’ici et maintenant. C’est à dire l’instant présent. C’est la reconnexion avec soi-même et son environnement, une écoute attentive à soi-même. Au plus proche de son soi, enfin incarné. 

Autre technique le toucher et notamment le massage aide les muscles à se détendre, favorise la fluidité et la bonne circulation des énergies tout en apportant une détente corporelle incomparable. Tout le corps peut bénéficier d’un massage aux huiles bienfaisantes. 

Les pratiques de type yoga , taï-chi, chi qong...sont excellentes basées sur la respiration elles participent aussi au renforcement musculaire. Ces étirements libèrent les tensions. 

Mais sachez que comme dans toute pratique ce qui compte c’est la régularité. Persévérez dans des débuts quelques fois barbants car ensuite tout va s’enclencher à la manière d’un cercle vertueux ! 

Marchez et sortez. Aller renouer avec les éléments, le chaud, le froid, le vent, la pluie. Marcher participe aussi à une bonne santé de la circulation sanguine, osseuse, musculaire, digestive et aussi mentale. 

Faites de ces moments des instants de rencontres et d’interactions sociales. Avec vos amis et de nouvelles rencontres aussi. 

Ceci n’est pas étranger à la pyramide de Maslow dans le besoin d’appartenance. Être avec soi pour être mieux avec les autres. Processus qui de plus ne sera que salvateur d’une bonne estime de soi ! 

Pensez à vous et prenez conscience de tout votre être. 

La nature peut aider à cela. N’hésitez pas à renouer avec celle-ci. Randonnée, vélo en forêt, jardinage... juste une balade à l’ombre des arbres et vous en observerez les effets thérapeutiques. Si si ... ce ne sont pas ici des paroles en l’air ! 

Prendre soin de soi. Un spa, un massage aux huiles essentielles, une séance de réflexologie, et le comble du luxe évidemment une cure de thalassothérapie. A défaut juste un soin balnéaire fera du bien. Et renseignez-vous car de nombreuses piscines municipales peuvent avoir un bassin dit « ludique » à la température autour des 30 degrés, avec bulles et courants inversés. Un moment de détente à moindre coup. Votre huile Saadhia préférée dans le sac...quelques gouttes d’huile essentielle ylang ylang ou rose de Damas ajoutées à votre huile pour un petit massage après ce bain chaud...et voici un soin complet sans crever le budget ! 

L’altruisme fait grand bien à nos âmes. Mais cette solidarité, ce don de soi envers les autres participe aussi à se faire du bien à soi-même. C’est nourrir sa bonne estime de soi, redoré son karma, se sentir utile se sentir vivant et donc se grandir soi-même. 

À la maison le portable au placard. Essayez de lutter contre cette récente dépendance (virant pour certains à l’addiction) aux écrans. Mettre le téléphone de côté pour revenir à soi, et au moment présent. La porte du bureau passée, dites stop à toutes les sollicitations qui pourraient revenir vous envahir. Revenez à vous. 

Être à soi...en silence, au calme. Hors de toute pollution sonore. Juste la respiration, un vrai livre entre vos mains ... lovés dans un plaid douillet...vous êtes si bien ! 

Vous y voilà vous êtes fins prêts à ce fameux « Bonheur ». Mais tout se construit, pas à pas. Revenir à soi est un long chemin. Nous vous en avons donné quelques clefs mais autour de celles-ci vous trouverez les vôtres. Vos favorites ! 

Visez le positif sans vouloir la perfection chimérique. Être juste, simplement dans l’appréciation de ce que l’on a, se contenter et se satisfaire. Le Bonheur est une somme résultant de tous ces instants colorés que vous allez apprendre à vous offrir. Alors détendez-vous et aimez-vous...

Élodie Serré (Art-thérapeute , Olfacto/Aroma - thérapeute)