Qu’est-ce qu’une marque éthique?

Qu’est-ce qu’une marque éthique?

janv. 11, 2019 Uncategories 0 Comments

Éthique vous avez dit  éthique? Ah si seulement le commerce pouvait rimer avec ce qualificatif. Si seulement nous pouvions remplir nos paniers de produits équitables et respectueux en tous points. Mais hélas nous n’en sommes pas là et il y a encore d chemin à parcourir pour que les véritables marques éthiques soient en position de force dans les rayons de nos supermarchés. 

Éthique sous-entend la notion de morale, d’un respect du bien mais vous n’êtes pas sans ignorez que l’envers du décor de la consommation et du commerce n’excellent pas dans ce domaine. Néanmoins quelques marques tirent leur épingle du jeu et adoptent une démarche responsable et respectable qu’il s’agit d’honorer et donc d’élire les yeux fermés…et beaucoup de petites marques locales, artisanale ou familiale sont éthiques 

Choisir est une des premières prise de position que chacun est en mesure de faire, l’un des premiers gestes écolo par exemple. Car se tourner vers ce genre de marques et d’entreprises c’est refuser en partie l’exploitation agricole, planétaire et humanitaire. C’est soutenir des personnes engagés et sincères, respectant notre Terre Mère mais aussi l’Humain. Ce respect de l’Homme et de son environnement est notre crédo, et s’il est aussi le vôtre alors ces quelques lignes sont pour vous. Quant à ceux qui doutent encore alors rester le temps de cet article nous avons à vous parler!

Voici en quelques points le cheminement que nous vous proposons pour faire le tour de la question:

Qu’est ce qu’une marque éthique?

Quelles sont les différentes facettes de l’éthique?

Comment démêler le vrai du faux?

Comment identifier une marque éthique  en 5 points?

Qu’est ce qu’une marque éthique ?

Définition« Un produit pour être éthique doit répondre à un ensemble de critères environnementaux et sociaux qui sont inhérents au développement durable et à la responsabilité sociale des entreprises. A noter que le mot « éthique » s’utilise couramment de deux façons, à savoir d’une manière étendue et globale comme dans la définition ci-dessus du produit éthique ; mais il a aussi un usage plus ciblé sur les aspects humains / comportementaux. » (source : © Wonderful Monde – Ethic Attitude)

Cette définition nous montre à quel point tout produit qui se dit « éthique » doit être conforme et respectueux d’une globalité de critères , qu’ils soient environnementaux , économiques , sociaux mais aussi et surtout humains.

C’est dans cette démarche que nous vous parlons en toute transparence de la qualité de notre entreprise et du soin que nous mettons à être des plus respectueux de A à Z. Nous mettons un point d’honneur à considérer exclusivement chaque participant à la chaîne qui va de la plante au produit fini que vous avez entre vos mains…Et vous avec évidemment puisque tout ceci vous est dédié.

Quelles sont les différentes facettes de l’éthique ?

Dans toute cette jungle de nouvelles appellations, de labels en tous genre et de pseudo transparence des uns et quelques autres vous ne savez plus à quels saints vous vouez ? 

Et bien jusque-là vous n’avez pas tort car en effet à se pencher sur la question on en aurait la tête qui tourne. 

Où est le véritable « éthique »…telle est la question. Car souvent le choix est cornélien notons-le ; Que faire face à deux petits débardeurs bien sympathiques pour vos après-midi d’été. L’un en coton fabriqué en France, le second en coton aussi mais bio cette fois-ci mais fabriqué à des milliers de kilomètres. Et les produits vegan, bio, fabriqués dans l’hexagone sont-ils tous de fait « éthique »? 

Certes le top serait de cumuler proximité, bio et équitable …mais alors là cela devient difficile pour certains produits. Un ananas bio parisien par exemple…je vous lance le pari de le faire pousser et  venir à maturité!

Dorénavant ce que l’on peut retenir c’est qu’en France les normes sont très réglementées , que les produits estampillés sous un label tel que bio, équitable, vegan…sont contrôlés et surveillés de manière relativement stricte avec un des cahiers des charges les plus exigeants de toute l’Union Européenne.

Du reste dans cette même Union Européenne les lois sont elles aussi assez strictes et l’on ne peut pas se permettre de faire tout et n’importe quoi. Il y a une véritable rigueur à respecter qui protège le consommateurs des dérives que l’on peut aisément trouvé sur des produits venant notamment d’Asie. 

L’Espagne est très souvent montré du doigts, et à juste titre pour ses étendues d’agriculture intensive et conventionnelle . Polluant leur terre et la Terre de façon démentielle. Avec des travailleurs aux conditions salariales déplorables. Néanmoins si des tests sont réaliser sur des citrons bio espagnols, par exemple, ces derniers ne présentent aucun résidus de pesticides comme l’impose le cahier des charges. Ces citrons sont donc bel et bien bio …reste qu’ils sont peut-être eux aussi issus d’une agriculture intensive appauvrissant le sol et récoltés par des salariés sous payés. Car sur ces points l’Espagne sera plus flexible que la France ou l’Italie par exemple. 

En conclusion tous les produits européens ne se valent pas mais ils restent très certainement toujours plus « éco-responsables » que d’autres produits venus de bien plus loin.

Les lignes peuvent paraîtrent floues et c’est pourquoi il semble difficile d’être tout à fait « mathématiques » sur la question. Il n’y a pas véritablement d’étiquette simple et unique comme si nous pouvions cloisonner un produit ou un concept dans une case spécifique. Et ceci n’aurait pas de but vraiment probant. 

Nous préférons parler de différentes « modes éthiques » , sortes de tendances de ces « modes engagées », et ceci fût théorisé par Jean Stéphane, professeur de mode éthique à l’Ecole Supérieure de Mode de Montréal. Bien qu’il s’agisse d’exemples liés à la mode et au textile les concepts s’appliquent de la même manière concernant les cosmétiques.

Voici un résumé des 5 grandes lignes qui fondent son propos.

-la mode éthique, parente du concept « équitable » , celle-ci considère avant tout le respect global des conditions de travail et des travailleurs à l’élaboration des produits.

Cependant , aujourd’hui, ce terme migre peu à peu vers une « mode responsable » qui inclut les notions et modes écologique, recyclée, durable et locale.

-la mode écologique , qui prends en compte l’impact sur l’environnement et ce dans l’intégralité de la fabrication à la vente finale. Ici la mode s’intéressera alors à réduire son indice carbone en faisant produire et fabriquer au plus proche mais en plus optera pour des matières peu énergivores, en somme des textiles peu polluants.

-la mode recyclée, les pièces de vêtements seront créées à partir de pièces de deuxième voire troisième main. A défaut pour les cosmétiques il peut s’agir de matières recyclées qui entrent dans la composition de l’emballage par exemple.

-la mode durable , à celle-ci s’apparente bien volontiers les termes de « éthique », « globale » ou « responsable », Les spécialiste du monde de la mode appelant cela « slow-fashion ». De quelque terme qu’il s’agisse cela revient au fait même de fabriquer des pièces durables et indémodables afin que les clients achètent moins mais mieux. La qualité prime sur la quantité. 

-la mode locale où les circuits commerciaux sont au plus court , au plus proche.

Ces points bien que Jean Stéphane les attribue au monde de la mode sont très facilement adaptables à d’autres domaines. Et en leur philosophie de fond rien de change, à savoir un respect indéfectible de l’Homme et de son environnement. Tout cette philosophie s’installe dans un objectif de durabilité où les considérations sociales et environnementales vont de paire pour au final créer un cercle vertueux. Même cercle vertueux auquel chacun participe tout en en profitant.

Comment démêler le vrai du faux?

Si procéder à ce tri entre vrai et faux est nécessaire c’est exactement parce que les différentes marques jouent avec cela et beaucoup ont tendance à s’approprier une éthique qui leur est pourtant bien lointaine. Parce que cela semble se développer ils mentent pour s’en servir comme d’un élément marketing. Or c’est évidemment aux antipodes de la philosophie des vraies entreprises éthiques , qui souhaitent justement lutter contre ce phénomène commercial.

La confusion est plus que fréquente , voire même abusive. La législation flexible, permet à presque n’importe qui de se déclarer « éthique », ou encore « éco-responsable » ou « équitable ». Les plus malhonnêtes profitent de cette faille en comptant bien y piéger un maximum d’âmes innocentes.

Bien heureusement nous sommes là pour vous aider à faire le tri, reconnaître ceux pour qui la transparence est une règle d’or, tout simplement parce qu’ils n’ont rien à se reprocher.

Comment identifier une marque éthique en 5 points ?

1.Transparence et traçabilité de la marque

Tout achat doit pouvoir être identifié dans son parcours. L’origine du produit en est le premier indice. Celui-ci nous offre déjà somme d’informations. Cette mention est devenue obligatoire depuis quelques années , cela à beau être un décret inscrit dans la loi il n’est pas rare de voir des étals de marché où les origines des produits ne sont pas spécifiées. A savoir que ce simple détail qui n’en est pas un, doit nous mettre la puce à l’oreille…auraient ils quelque chose à dissimuler à se reprocher ? 

Apprendre à être vigilant. Parce que certains se cachent sous des appellations qui font mines d’être éthiques alors qu’il n’en est rien. Par exemple la barquette de quinoa en salade que vous avez achetée à votre pause déjeuner…estampillée « vegan »…est-elle vraiment honnête ? Si la mention bio est absente il peut s’agir de quinoa sulfaté , cultivé dans un pays lointain exploitant terre et populations. Néanmoins l’aliment en lui-même végétal apprêté avec d’autres composants du même acabit est bien vegan…mais peut être aurait il fut opter pour une salade de riz bio de Camargue qui sera locale, biologique, et donc beaucoup plus éthique et éco-responsable.

Non non il ne s’agit pas d’un casse-tête à chaque fois que vous faites les courses ce sont juste des réflexes à acquérir.  

Et si le manque de transparence semble vous « crever les yeux », pardonnez-nous l’expression, surtout ne pas hésiter à contacter la marque en question ils doivent vous répondre le plus clairement possible.

Cette compréhension de tous et par tous est une rigueur à laquelle les marque doivent se plier. Origine, composition, fabrication, investissements, partenariats…autant de points que nous sommes en mesure et droit de connaître.

A vous de choisir les notions dont vous êtes le plus proches. Est-ce le bio,le local,  le « cruelty-free » (zéro test animaux)…car chaque marque ne peut pas réunir l’intégralité des notions éthiques et être 100% nette. 

Certains végétaux ne peuvent pas pousser dans le lieu où vous vous trouvez si vous décidez de vous en procurer alors ils auront forcément un impact carbone, néanmoins opter pour ces derniers en bio est un moindre mal.

Depuis le 23 mars 2017 une loi française oblige les multinationales à mettent en place des plans de lutte contre risques et atteintes aux droits humains, à l’environnement que pourraient causer leur activité, leurs filiales ou encore leurs exploitants. 

Nous croisons les doigts pour que la loi soit un premier pas vers de suivants faisant avancer le débat dans ce bon sens.

2.Le critère prix

Certes de nos jours chacun regarde son « porte-monnaie » avant tout mais peut être vaut-il mieux se méfier de l’appât du gain pour consommer moins mais mieux. Et donc sans dépenser plus.

Pourquoi ? Tout simplement parce que la délocalisation à tout va nous a fait perdre toute notion des vrais prix. 

Sous des prix très bas se cachent très souvent des entreprises qui ont choisi la délocalisation dans des pays où ils se permettront de d’employer des personnes sous payées et travaillant dans des conditions plus que douteuses voire inhumaines. Tout cela s’en protection sociale. Le travail des enfants notamment rentre dans cette catégorie.

Malheureusement un prix élevé n’est pas un gage certain d’une profonde éthique. Les baskets « xxx » ont beau coûter très cher peut être ont-elles été fabriquées par des enfants aux pieds nus de 6 ans dans une usine insalubre !

Et le maillots « yyy » que votre petit dernier a voulu sous le sapin…85€ en magasin…et combien reversé à l’ouvrier qui l’a fabriqué à la sueur de son front ??? 0,6centimes !! une grande marque de sportwear  vient de s’empocher 24€ de bénéfice la bouche en cœur. Alors ils en profitent pour les utiliser en partie pour leurs grands coups de pubs où ses jouets sont main dans la main pour promouvoir des valeurs de fraternité Il y a de quoi réfléchir, qu’en pensez-vous ?  

3.La durabilité

Consommer raisonnablement c’est ne pas succomber au charme de la surconsommation, et l’accumulation de tout un tas de produits dont vous n’avez pas véritablement besoin. C’est donc veiller à acheter des produits suffisamment qualitatifs et solides afin qu’ils vous durent dans le temps. En ce sens la durabilité d’un produit est une marque d’éthique car cela permet de lutter contre une consommation excessive et très polluante. Puisque souvent on jette sans recycler, sans finir et sans besoin d’un nouveau produit et donc on participe à la chaîne du toujours plus!

Soyez attentifs à tout ce qui participe à l’élaboration de votre produit fini. En premier lieu les matériaux ayant été utilisés. Sont-ils respectueux de l’environnement ? Et le packaging est-il fait de matières recyclées, bio dégradables ? Car si ces points sont respectés c’est déjà que l’entreprise à un réel regard sur des questions co-responsables et autres problématiques environnementales.

4.Identifier le pays de fabrication.

Qui n’a jamais entendu parler de la fameuse mention « made in ». En effet celle-ci est obligatoire sur chaque produit, alors prêtez y attention car de nombreux pays sont malheureusement réputés pour largement sous payer leurs ouvriers et où l’exploitation salariale et humaine et main courante. Entre autres notez, le Bangladesh, la Chine, le Cambodge, la Moldavie, ou encore le Vietnam. 

La transparence est toujours un gage d’éthique et si une marque décide de mettre en avant son respect des Droits de L’Homme dans sa communication alors c’est que derrière il y a de vraies certitudes, même si elle fait fabriquer en Chine. Car avancer un tel argument sera très surveillé et aucune opacité ne sera tolérer par les commissions juridiques de surveillance.

5.le nombre de collections

Qui dit production intensive, dit déchets à tout va. Et donc conclusion peu de considération environnementale. Alors fuyez les marques de « fast fashion » par exemple qui ne cessent de renouveler leurs collections allant jusqu’à 52 par an ! L’éthique implique la raison et le raisonnable or dans ce cas dernier il s’agit d’une complète démesure !

Pour rester dans la mode il y a de bons exemples, « Veja » en est un. Pas de publicité, contrôle de leur production en ne produisant seulement pour leur commande et donc réduction de leur empreinte carbone. Et en bonus ils proposent des produits vegan notamment leurs baskets, quasiment les seuls dans ce genre de produit. Bravo !

Nous espérons avoir pu vous éclairer sur cette question d’éthique. Nous voulions vous donner les clefs afin de baliser au mieux votre consommation. La globalité du terme « éthique » soumet en filigrane une pluralité de valeur et labels dans laquelle il convient de faire ses propres choix en fonction de ses aspirations. Il s’agit bien évidemment de cadrer sa consommation et de s’en rendre l’unique responsable. Ce, toujours en veillant à ne pas culpabiliser à chacun de vos achats. Comme nous l’avons précisé plus haut une marque 100% « clean » n’existe malheureusement pas. 

Chez Saadhia Cosmetics , nous ne sommes pas du genre à être prétentieux ou moralisateur mais concernant l’éthique voyez-vous nous pouvons tout de même grandement nous féliciter. Notre entreprise, nos valeurs  et nos produits ont une véritable considération humaine, sociale et environnementale, personnel justement encadré et rémunéré, ingrédients naturels issus de l’agriculture biologique, respect de méthodes de fabrication ancestrales et eco-responsables, emballages eco-certifiés…le tout pour vous. Parce que l’éthique est notre leitmotiv, parce que nous vous tendons la main pour nous rejoindre dans ce mode de consommation juste et respectueux et bien plus encore un nouveau mode de vie que vous n’êtes pas près de regretter ! Ensemble accompagnons nous…

Elodie Serré (Art-Thérapeute ; Olfacto/Aroma Thérapeute)