Le silence est d’or

Le silence est d’or

mai 31, 2019 Uncategories 0 Comments

Chuuuut... « La parole est d’argent mais le silence est d’Or » ainsi résonne encore les mots de ma grand-mère …et sa sagesse lui donnait pleinement raison.

Mais à cela se greffe une fausse croyance voire même plusieurs concernant ce fameux silence. Celui-ci serait pour beaucoup une véritable source d’angoisses. Comme si un monde sans bruit laisser trop de place à un vide intersidérale bien trop anxiogène pour quiconque le traverse. Mais d’où provient cette peur suscitée par le silence ? Ainsi David Le Breton, sociologue et professeur à l'université de Strasbourg, a publié plusieurs ouvrages, afin d’éclaircir la question, et en particulier : Du silence, Métailié, 1997).

Ses mots nous aideront à faire faire parler le protagoniste en question dont il est question…le silence !

Pourquoi le silence fait-il souvent peur ?

Que nous apporte le silence ?

Comment apprivoiser le silence ?

Pourquoi le silence nous fait du bien ?

Pourquoi le silence fait-il souvent peur ?

2019 société de l’image et du bruit. Toujours plus haut, plus fort, comme une plongée dans une cacophonie dissonante où chacun cherche à recréer une harmonie sonore, et où certains souhaiteraient un havre de paix un peu moins bruyant. 

En effet qui ne subit pas à longueur de journées le tumulte cacophonique perpétuel qui semble être la nouvelle berceuse de nos contemporains. Le bruit à son paroxysme se trouve fort probablement dans les villes les plus importantes. Klaxons, sirènes, brouhaha d’une foule courant après le temps, sans oublier les magasins qui diffusent en boucle de la musique, les annonces perpétuelles dans les transports et autres lieux publics…bref la liste est loin d’être exhaustive. Mais tout cela nous ne le remarquons plus que très peu, puisque chacun est en immersion dans ce bain bouillonnant de sons les divers et pour certains agressifs soient-ils. 

C’est alors que si venait tout à coup le silence, cela viendrait à déstabiliser totalement nos oreilles et notre cerveau. Angoisses et peurs ne tarderaient pas à surgir tant l’expérience est inhabituelle, presque inconnue. Et comme tout inconnu cela fait peur. 

Oui le silence inquiète. Observez votre réaction face à un de vos proche qui resterait silencieux. Fort probablement l’angoisse vous pousserait à lui demander s’il va bien ? si quelque chose le tracasse ? S’il tout va comme il le souhaiterait ? Comme si toute personne silencieuse cachait un malaise. 

Si jamais un silence s’immisce dans un dialogue alors c’est le trouble qui survient. L’échange est rompu et à ce jour presque la société tous l’interdirait. Car aujourd’hui le maître mot c’est « paroles...paroles...paroles  ». 

Chacun se sent exister à travers la parole. Le silence devient alors un vide intersidéral qu’il s’agit de combler au plus vite et au mieux, comme si ce dernier ne cachait en réalité que la partie la plus sombre de chacun. 

Le bruit et le dialogue perpétuel ne sont en réalité qu’une résistance par peur de se retrouver face à soi-même. C’est une armure aussi envers les autres, une résistance conte toute invasion psycho émotionnel qui pourrait surgir. Le silence laisserait une faille permettant l’invasion de toute sa sphère intra psychique et émotionnelle. 

Mais qui a dit que dans le silence ne se révélerait que le côté obscur de tout être ? N’y aurait-il pas sous cela une croyance fortement ancrée mais non fondée ? Car sous le silence se cache probablement d’autres fonctions tout aussi nécessaires à notre équilibre que la parole. 

Que nous apporte le silence ?

Il est une devise inscrite au frontispice du Temple de Delphes que Socrate reprit à son compte et qui n’est autre que « Connais-toi toi-même ». 

Plus facile à dire qu’à faire évidemment et une seule vie pour cette mission ne serait être suffisante. Or comment plongée en introspection à la recherche de son soi le plus profond dans le bruit. En effet impossible car c’est le silence et lui seul qui nous permet de pouvoir partir explorer son soi intérieur. Il est une des clefs permettant de renouer avec ses aspirations et son être le plus intimes qui soit.

Ce silence induit une paix intérieure qui non seulement permet de se retrouver soi mais aussi se retrouver avec les autres. Contrairement à ce que les aprioris voudraient nous faire croire il ne nous éloigne en rien d’autrui. Bien au contraire car ce costume de silence réunie les êtres dans une authenticité qui malheureusement nous fait farouchement défaut dans nos sociétés actuelles. 

Il n’est pas rare d’observer que dans les plus grandes mégalopoles du monde entier on installe de plus en plus de salles de silence (notamment dans beaucoup d’entreprises) afin de retrouver avec soi et les autres. De couper du tumulte extérieur qui fait filtre dans les rapports sociaux et masque nos vérités à chacun.

Toujours dans cette même quête de déplacer les curseurs et lever le voile sur de fausses croyances, il est temps d’effacer l’idée que le silence signifierait ne plus exister. Au contraire c’est dans son silence que l’on commence à exister par soi et pour soi. Si ceci n’est pas un excellent remède contre le stress alors …alors pourquoi s’abstiendrait-on de ces moments de recentrage et silence. C’est précisément dans ces conditions dernières que le stress va en diminuant, les angoisses et les peurs peuvent de même y trouver remède. 

Comment apprivoiser le silence ?

Avant même de faire ami avec le silence il est impératif de commencer par quitter le bruit. Et ce n’est pas aussi simple qu’il y paraît quand on pense aux multiples sollicitations sonores qui nous assaillent chaque jour. 

Pour cela il va bien falloir par se détacher tout d’abord de tous vos petits objets technologiques et de communication. Quitter le bruit au profit du calme est un acte presque militant et engagé ; et cette démarche demande une d’organisation mais aussi une bonne dose de courage et de persévérance.

Heureusement des stratagèmes peuvent être mis ne place pour favoriser votre rencontre avec le silence…et donc avec vous même !

Pourquoi ne vous mettriez vous pas à la marche ? Non seulement cette activité physique est l’une des meilleures mais en plus elle vous permettra d’aller dialoguer avec le silence !

L’idéal est de pratiquer en pleine nature, celle-ci favorise d’autant plus le retour à soi. Une base.

Depuis quelques années des voyages, stages et autres séjours spécialisés dans le bien être se développent. Ils proposent notamment des résidences dans des lieux spirituels (monastère, abbaye, âsram…), lors de ces temps passés dans ces lieux le silence est l’une des catégoriques requises pour accéder à un état de tour vers soi, propice aussi à la méditation ainsi qu’au détachement favorisant la relaxation.

Apprivoiser le silence passe d’abord par une démarche profondément personnelle. Une démarche intime qui consiste avant tout à se détacher des à priori et ne plus avoir peur du silence. 

Il va falloir ouvrir les yeux sur son intériorité, accepter d’écouter ce qui se passe en soi. Accepter le silence autour pour en faire soi et faire naître le silence de paix en soi.

Pourquoi le silence nous fait du bien ?

Tous à son échelle est une proie d’un mode de tumulte bien trop bruyant, c’est alors que le silence s’avère  être un trésor, une clef de son bonheur.

Mais bien que ce trop de bruit nous soit néfaste, le silence nous fait encore peur. Une sorte d’histoire de « je t’aime, moi non plus ».

Aahhh, tous ces klaxons, ces cris d’enfants capricieux, ces sirènes de véhicules d’urgences, toutes ces musiques et autres publicités diffusées à tout va…trop s’en est trop. Alors ni une ni deux l’Homme moderne se coupe de son monde bruyant pour s’isoler dans un qu’il croit faire sien tout aussi bruyant quand le moyen n’est autre qu’un casque sur les oreilles qui diffusera vos playlists préférées à fond ! 

Oui certes, ce peut être une solution ingénieuse pour écarter tout risque d’irritation excessive face au tumulte subit mais une fois encore le silence est l’éternel absent…un peu comme s’il s’agissait d’un ennemi suprême ou d’un monstre indomptable.

C’est ici où le bât blesse. Il conviendrait plutôt d’apprendre à voir le silence comme une richesse accessible à chacun. C’est uniquement à travers ce dernier que la capacité à l’imagination se développe ainsi que le rêve et l’écoute de soi, éminemment importante qu’est cette dernière notion.

La méditation de plus en plus sur le devant de la scène, bien qu’ancestrale, se sert du silence comme condition sinéquanone. Dans ce décor sans bruit tout être peut s’adonner à un état de retour sur soi-même, de recueillement. 

Dans le silence la mémoire de tous les autres sens s’inscrit beaucoup plus profondément. Qui n’a pas encore dans sa tête le scénario d’un film muet des retrouvailles avec l’être de votre cœur. Souvent le silence mais l’importance des sensations, la vue, le toucher et l’odorat. Ses yeux pétillants d’amour dans les vitres et ses bras qui vous enlacent non pas besoin de paroles, celles-ci même pourraient venir à gâcher l’intensité indicible du moment.

2019 la société vit sous l’influence d’un flux de paroles incessant, les nouvelles technologies nous y poussent d’autant plus. On parle, tchat, et dialogue avec la planète entière entière…mais avec soi-même quant est-il ? 

Peu si peu sont les temps que nous nous accordons de dialoguer avec nous-même. Et ce parce que cela et si méconnu qu’effrayant. Mais pour être véritablement présent au monde mieux vaudrait-il déjà commencer par être attentif à soi-même. Car la parole intérieure calme et apaise les âmes et intellects trop agités. 

Alors Chuuut. Il est venu ce temps d’installé le silence autour pour un silence en soi. Peut-être serait-ce la première fois que vous allez vous accorder un temps de  recueillement complètement thérapeutique. Faites l’essai et constatez par vous-même que ce silence ne vous veut que du bien. Il se fait le véhicule de votre épanouissement, la navette thérapeutique à la recherche de vos mondes intérieurs si riches et mélodieux. 

Faites le test . Taisez-vous, appuyez sur stop et lancez-vous. Soyez votre propre gagnant au « roi du silence » !    

Elodie Serré (Art-Thérapeute / Olfacto- Aroma  Thérapeute)