Une crème solaire bio efficace… mais laquelle choisir !

Une crème solaire bio efficace… mais laquelle choisir !

juil. 10, 2019 Uncategories 0 Comments

« Sous les pavés …la plage ou plutôt au sortir de trop nombreuses heures passées dans les embouteillages de ces vacanciers en mal d’air iodé…oui enfin vous y voilà, les congés estivaux le graal après une année de dur labeur. Que vous choisissiez la plage, la montagne, la campagne ou encore bien d’autres terres et escapades, peu importe. Car si le soleil brille pour tous, il est aussi un danger pour chacun et qui plus est en cette saison où l’indice UV est à son paroxysme. Alors inutile de négocier au programme pour votre peau, c’est protection…ou…protection ! 

A ce jeu-là on sait qu’une crème solaire sera gage d’une protection et d’une éthique qui nous et vous tient à cœur. Mais ce secteur en perpétuel développement nous offre pléthore de produits, une véritable jungle dans laquelle il est bien normal de se sentir un peu désorienté ! 

Fort heureusement nous prétendons pouvoir vous éclairer sur le sujet et vous aider à vous protéger bio… efficace … avec le meilleur. 

Que trouve-t-on dans une crème solaire ?

Existe-t-il une crème solaire sans nanoparticules ?

Quelle crème solaire acheter ?

Comment bien utiliser sa crème solaire bio ?

Que trouve-t-on dans une crème solaire ?

C’est le moment de vous révéler ce qui se cache sous l’étiquette de votre crème solaire.

Il s’agit d’un savant mélange entre de l’huile, de l’eau, des filtres ultraviolets (UV) ainsi que des additifs aux propriétés diverses et variées. 

Ces additifs sont ajoutés afin de modifier la conservation de votre crème, mais aussi sa texture ou encore son odeur. C’est dans les additifs que l’on trouve différentes substances incriminées. Les additifs sont donc le nid aux problèmes que peuvent susciter ces crèmes. 

Citons quelques exemples parmi ces substances dites « potentiellement dangereuses pour la santé » : 

Le triethanolamine qui sert à réguler le pH. A lui seul il détient plusieurs rôles, agent émulsifiant, tensioactif, et agent masquant. Celui-ci est accusé d’entrainer le développement nitrosamines (cancérigènes).

Autre exemple le disodium EDTA. Ce dernier joue sur la stabilité et la viscosité du produit, mais à cela il faut savoir qu’il contient de forts taux de métaux lourds, mais aussi de nombreux silicones néfastes. 

A travers ce tableau il vous ai possible de repérer distinctement les substance mises en cause sur la dangerosité de certains cosmétiques et particulièrement les crèmes solaires. Certes vous ne retiendrez probablement pas ces petits noms à rallonge, qui nous rappelle le mot si compliqué que chantait Mary Poppins, mais avoir ce tableau sous les yeux sur regards des étiquettes de vos produits vous guidera certainement pour un éventuel tri de ces derniers !

creme-solaire-saadhia-cosmetiques-vegetales

De plus les crèmes solaires se révèlent être un poison environnemental. Elles contiennent un nombre assez incroyable de substances allergènes et toxiques pour la planète. Et vous savez tout aussi bien que nous que la majorité les utiles sur la plage, où ils se baignent évidement, conclusion ces substances sont directement déversées dans l’océan. On ne le croirait pas à dire ainsi mais « piquer une tête » dans la grande bleue enduit de certaines crèmes peut être un coup de poignard de plus dans la santé de notre chère Planète Terre. 

Même les plus grandes marques vendues en pharmacie ne sont pas exemptes de cette problématique. Appartenant à de grands laboratoires elles ont le pouvoir financier de vous assommer à coups d’un marketing redoutable qui se voudrait respectueux et respectable... mais malheureusement au regard de leurs listes d’ingrédients il n’y a pas de quoi se vanter de tous ces « jolis » messages au fond bien trompeurs. 

La seule et unique information valable et vraie et celle de la liste INCI. Tout le reste n’est que marketing véritable miroir aux alouettes. 

Mais au fait avant de sauter dans l’avion...quel indice choisir pour votre crème ? 

L’indice de protection est aussi appelé FPS (facteur de protection solaire) 

Entre 50 ou 30 votre cœur balance ? Et bien apprenez qu’entre les deux la différence d’efficacité n’est pas fantasmagorique.

D’autant qu’à ce jour les laboratoires sont dans l’obligations d’effectuer des tests sur leurs produits mais seulement in vitro ! Et inutile de préciser que dans des conditions réelles cela change beaucoup ! 

Un indice 50 dans des conditions in vitro créées, en quelques sortes idéales vont avoir des résultats bien supérieurs à ce que cet indice pourrait obtenir dans la vraie vie comme on dit ! 

Il existe des marques qui optent pour la transparence et effectuent des tests en conditions réelles. Mais elles sont loin d’être majoritaires elles sont même marginales. 

Si l’on ne suivait qu’une simple théorie un indice 30 pourrait convenir à tous, exceptés les albinos. Mais comme vous le comprenez désormais 30 ne veut pas forcément dire 30. Optez donc dès le départ pour un indice 50, qui plus est si votre peau est claire ou si indice 30 renouveler plus qu’il ne faut les applications. 

Quoi qu’il en soit l’application de votre crème est obligatoire avant chaque exposition, après chaque baignade et ce partout. Oui partout ! 

Alors on n’oublie pas les petites oreilles, la nuque, tout autour des bras et des jambes et pas seulement devant et même sous le maillot. Sauf s’il s’agit d’un maillot anti UV comme il en existe désormais de plus en plus. 

Parlons plus précisément du sujet en nous demandant s’il vaut mieux opter pour des filtres chimiques ou minéraux ?

Parce que ce principe actif qu’est le filtre UV se scinde en deux groupes :

- Les filtres UV chimiques : en absorbant les UV ils protègent la peau des rayons nocifs mais ne sont efficaces qu’après 30 minutes suivant l’application. 

- Les filtres UV minéraux : sorte de bouclier reflétant les rayons du soleil ils agissent à l’instant même de l’application. Ce sont notamment le cas et la nature du dioxyde de titane ou de l’oxyde de zinc. 

Les filtres chimiques sont les plus incriminés au banc des accusés car ils sont susceptibles d’agir comme des perturbateurs endocriniens. 

Des tests ont été effectués en laboratoire. Des souris enduites de crème solaire développaient des malformations ou avaient un fort retard de puberté. 

Ainsi cela nous prouve que ces filtres chimiques provoquent des effets secondaires délétères sur l’organisme. Ils interfèrent tout le système endocrinien. 

Sans compter qu’ils entraînent une forte pollution des océans, allant même jusqu’à détruire une partie des récifs coralliens. Tout en polluant les nombreux poissons...qui quelques temps plus tard se retrouvent dans nos assiettes. Alors la daurade au benzophénone-4 au déjeuner c’est tentant n’est-ce pas ?  

Existe-t-il une crème solaire sans nanoparticules ?

Si les filtres chimiques sont à mettre au placard, est ce beaucoup mieux du côté des filtres minéraux ? 

Malheureusement les crèmes qui en contiennent ne sont pas exemptes d’inconvénients.

Premièrement elles peuvent laisser des traces blanches sur la peau. Bon évidemment c’est un moindre mal comparé aux autres effets nocifs qu’entraînent les filtres chimiques mais nous nous devions de le signifier.

Mais surtout composées de dioxyde de titane ou d’oxyde de zinc, deux substances qui peuvent contenir des particules de taille nano. Et les méthodes actuelles ne permettent pas encore de mesurer précisément la quantité exacte de nanoparticules contenue dans tout produit.

Alors bien difficile de trancher sur la question de ces filtres solaires vous ne trouvez pas ?

Car deux solutions seulement mais aucune idyllique.

Soit ce sont les filtres minéraux probablement composés de nanoparticules.

Soit les filtres pétrochimiques allergènes, cancérigènes… et potentiellement composés de nanoparticules de même.

La mention bio garantie tout de même plus de suivi et une part moindre à tous ces perturbateurs et autres toxiques.

Les nano particules peuplent et envahissent de plus en plus notre environnement, si minuscules qu’elles vont se loger jusqu’à nos organes internes. Inutile de préciser que cela comporte des risques pour notre santé.

Elles seraient suspectées de provoquer l’apparition de certains cancers, les recherches à ce propos sont encore en cours. Cependant pour éviter certains effets néfastes ou désagréables elles sont utilisées à foison et notamment dans la cosmétique. 

Quelle crème solaire acheter ?

Parce que vos journées ne font que 24heures et que vous n’êtes pas prix Nobel de chimie vous auriez bien besoin de quelques lumières pour vous éclairer dans la jungle de tous ces produits solaires. 

Une crème solaire bio et non toxique. Pourquoi ? 

Tout d’abord par ce que celle-ci sera sans filtres chimiques, sans alcool, sans parabènes… En somme déjà vous éviter un maximum de polluants dès le départ. 

Polluants pour votre organisme mais aussi pour la planète où les toxiques incriminés précédemment ne risqueront pas d’être déversés dans nos chers océans.

Un seul tube vous suffira pour la saison alors même si celle-ci est un peu plus cher elle ne sera que mieux pour vous, l’environnement et inutile d’en acheter un wagon. 

Ces crèmes bio puisqu’à filtres minéraux seront un peu plus épaisses à étaler alors il vous suffira juste de prendre un peu plus le temps pour vous crémer et ainsi zéro trace blanche. 

Et si vous appréciez ce sera même l’occasion de vous faire prodiguer un massage par votre partenaire. Et oui autant lier l’utile à l’agréable.

Pour l’indice nous vous l’avons dit 30 devrait pouvoir suffire, mais si vous allez sur des contrées où le soleil est ardent, ou si votre peau est naturellement claire alors optez pour le 50.

Les crèmes bio se déclinent selon les marques différents packaging et texture. Crème, spray, crème-gel… A vous de choisir celle qui vous convient le mieux.

Enfin si vous vous posez la question de quelle crème solaire appliquer sur le visage, sachez qu’il existe bon nombre de crèmes teintées à filtres solaires. Car nous avons bien dit chaque partie du corps dit être protéger.

Alors pour ne pas vous retrouver la peau blanchie par votre crème solaire corporelle, vous pouvez trouver une crème visage à la teinte light ou dorée, qui s’adaptera à différentes carnations et protègera les peaux sensibles, acnéiques, etc.

Conclusion celle-ci ne quittera pas voter sac car la peau du visage est extrêmement fragile et l’exposition au soleil favorise son vieillissement prématuré !

On ne le répétera jamais assez le soleil est dangereux.

Julien Venesson explique ce phénomène assez simplement :

« Le mélanome malin est un cancer de la peau encore rare, mais en constante augmentation sur ces 30 dernières années…Et ce malgré l’utilisation de crèmes solaires.

Les facteurs de risque qui ont pu être relevés sont notamment la cigarette et les coups de soleil. Or attention car, l’utilisation de crème solaire nous plonge dans un sentiment de sécurité qui nous pousse à nous exposer plus longtemps, alors même que cette crème ne bloque pas 100% des UV.

Vous le savez, le principal bénéfice d’une exposition au soleil (parce qu’il y en a quand même) vient de la synthèse de vitamine D qu’elle déclenche et dont les bienfaits sur la santé sont nombreux et connus. Mais la crème solaire bloque les rayons UV, et donc cette synthèse. »

Comment bien utiliser sa crème solaire bio ?

Ah nous voyons perdu(e)s après ces quelques mots car vous l’avez compris la crème s’impose certes mais en vous protégeant elle empêche aussi que vous synthétisiez la vitamine D, dont beaucoup manque cruellement. 

Alors surtout ne vous mettez pas à vous en dispensez. Et surtout si vous devez faire face au soleil aux heures les plus chaudes (12h-16h) elle est absolument nécessaire et obligatoire.

Et pour le reste du temps quelques conseils à mettre dans votre valise : 

S’exposer progressivement au soleil pour déclencher en douceur la production de mélanine et donc éviter les réactions allergiques, les brûlures… Cela revient à habituer sa peau au soleil.

Entre 12 et 16h, l’exposition est à éviter ou seulement sur un court laps de temps (entre 10 et 30 minutes selon les profils). Au-delà, mettre de la crème solaire et/ou se couvrir le corps, tout en évitant de faire perdurer le carnage !!!

Tous les produits accélérant le bronzage…Eviter ! Très toxiques en tous points et accélèrent en même temps votre vieillissement. Vous bronzez plus vite, et vieillissez plus vite. 

Après 16h, il est possible de se découvrir et profiter du soleil sans crème (sauf chez les personnes à la peau très claire et les enfants) pour stimuler la production de mélanocytes (responsables du bronzage) et ainsi se protéger de mieux en mieux des coups de soleil.

Vous y voilà vous êtes fin prêt(e)s. Les valises sont bouclées, le chien est bien gardé par le voisin, la boite mail du boulot est proscrite, le guide du parfait touriste est à portée de main et les enfants vous attentent trépignant sur le pas de la porte. Allez zou c’est parti en route pour les vacances…le soleil…alors à vous les plages de sable fin, le farniente et l’odeur des beignets chocolat qui craquent sous la dent car ils ont ce petit gout de sable que vous aimez tant. Un ou deux mètres carrés pour vous étaler, les cris du petit dernier qui ne sait pas nager aussi bien que ces frères et sœurs, celui de vos voisins de plage qui vous envoie régulièrement son ballon tout trempé sur la tête, et tout ça sans pensez aux heures d’embouteillages pour y accéder. 

Ah une année entière de dur labeur pour ces moments tant attendus vous en rêviez…ça y’est vous y êtes. Oui mais jamais au grand jamais sans votre meilleure amie…la plus fidèle des crèmes solaires qui vous fera rester la plus belle des « sirènes » !

Elodie Serré (Art-thérapeute / Olfacto-Aroma thérapeute )